Maillots de bain et tenues de plage

Avec notre nouvelle collection de maillots de bain et tenues de plage sexy, réveillez la sirène qui est en vous ! Choisissez votre modèle : 1 ou 2 pièces, bikini, trikini, string ou culotte.

Histoire des Maillots de Bain et Tenues de plage

Dans l'Antiquité romaine, les bains publics sont très prisés et l'on s'y baigne nu.

Au Moyen Âge, les eaux thermales et les bains de mer sont jugés malsains pour la santé, accusés de répandre la peste notamment, et leurs bienfaits ne sont redécouverts qu'au xviiie siècle. On se baignait alors en chemise.

À la fin du xixe siècle, les femmes se baignent en corset et pantalon bouffant. Les hommes, eux, portent un costume qui s'arrête aux mollets et à manches longues car il est inconvenant de montrer le torse. Vers 1900, les femmes portent une robe légère qui s'arrête au genou sur une culotte bouffante de la même étoffe.

Au début des bains de mer au xxe siècle, le costume de bain est codifié par le corps médical et les hygiénistes qui préconisent un costume bouffant en laine ce qui gagne en confort et un bonnet sur la tête. Le dénudement progressif des femmes et des hommes n'est pas du goût de la norme de l'époque. En Australie, le 20 octobre 1907, un arrêté oblige les hommes à porter un costume de baignade plus pudique. Les hommes doivent porter une swimming robe, une sorte de jupe large en plus de leur uniforme afin de cacher le membre masculin qui était trop visible lorsqu'on portait un maillot de bain.

Avec l'engouement pour la natation, les maillots de bains pour homme laissent la place au Topper ou moule-tout, les bras deviennent visibles mais pas les torses au risque d'une amende. Une championne de natation d'origine australienne, Annette Kellerman, crée son propre maillot de bain une pièce, plus pratique et adapté à la natation.

Dans les années 1920, Coco Chanel lance la mode du teint hâlé (bronzage), ce qui permet de dénuder bras, jambes et épaules.

En 1932, le slip Tarzan révolutionne le maillot et permet aux hommes de découvrir leur torse.

En 1946 apparaît le bikini qui ne s'impose vraiment que dans les années 1960. Chez les hommes, le trunk, une sorte de caleçon court sur les cuisses avec une ceinture s'impose aussi.

Puis jusqu'à la fin des années 1970, la ceinture du maillot descend sous la taille et le bikini devient monokini. Les tendances suivantes sont une culotte de plus en plus mince et la disparition du haut.

Dans les années 1980, l'influence du surf favorise le port de caleçons longs chez les hommes qui supplantent durant une vingtaine d'années l'utilisation du classique slip de bain, issu de la mode unisexe. Le maillot de forme boxer est lui aussi devenu prépondérant (en tout cas en piscines françaises où le short est interdit), par le maintien anatomique qu'il procure, la zone couverte plus grande, une image contemporaine, une liberté de mouvement et l'effet de mode.

Dès la fin du xixe siècle apparaît en Europe ce qui constituera le fondement du mouvement naturiste qui prône, entre autres pratiques de vie saine et équilibrée, la baignade sans aucun vêtement. Le vêtement — notamment le maillot de bain — est considéré à la fois comme une entrave, impropre aux activités de plein air, et a fortiori aquatiques, et comme un objet d'érotisation, incompatible avec des relations sociales quotidiennes apaisées. Le naturisme considère le vêtement comme un indicateur social (de richesse, de statut…) ; son absence permet de ne plus voir que les personnes en lieu et place de ce qu'elles prétendent être, en l'absence de toute érotisation dans le cas du maillot de bain.

Depuis les années 2010 se développe doucement une tendance à employer des tenues de bain plus couvrantes en toute circonstances, une-pièce pour les femmes ou jammer pour les hommes, par exemple. Augmentation du nombre de cancer de la peau, frilosité personnelle dans une eau fraîche, refus de la sexualisation par des tenues trop courtes ou moulantes, malaise avec son corps mais nécessité de se baigner, préceptes religieux… tous ces facteurs poussent de plus en plus de gens à se couvrir plus, voire à se baigner habillés.