Bas

Bas

Découvrez une série de bas qui sont particulièrement adaptés pour les guêpières, les corsets ou les porte-jarretelles. Avec des jarretières souvent élastiques ces bas sexy des marques Obsessive et Fiore sont de grandes qualités et feront plaisir(s).

Histoire des bas

Après le règne des collants, la principale motivation des femmes qui portent des bas semble être la volonté de séduction et d'élégance. Dans les années 1980, Chantal Thomass crée une collection où les bas et le porte-jarretelles apparaissent comme sexy. Thierry Mugler à la même époque les impose dans ses défilés. Ces derniers seront particulièrement présents les années suivantes lors de l'avènement du porno-chic popularisé notamment par le photographe Helmut Newton. Dans les années 2000, John Galliano pour Dior en fait un élément principal d'une collection haute couture.

Au début du xxie siècle, le succès du néo-burlesque relève encore la popularité des bas. De nos jours, certaines marques, comme Gerbe, commercialisent encore le traditionnel bas nylon dit « bas à diminution » ou « bas couture »n 5 à couture réalisée manuellement, avec pointe et talon renforcé, tel que celui du milieu du siècle dernier. L'un des rares derniers fabricants français, Cervin, de son côté, s'est placé dans un créneau de luxe et propose, en plus du bas couture, un bas en soie naturelle sans couture depuis l'an 2000. D'autres marques proposent des bas avec une couture surpiquée. Mais la production européenne de masse est maintenant majoritairement d'origine italienne ; il ne reste en France plus que quelques anciens métiers à tisser capables de fabriquer des bas couture19. Des marques d'après guerre comme Cornuel, Vamp, Exciting, ou Montagut, seul Le Bourget, en étant précurseur des tendances, a su perdurer de façon notable.