Peignoirs et Déshabillés

Doux, élégants et très sensuels, ces peignoirs et déshabillés nous font du bien sur la peau et dans la tête, sans oublier de mettre au dessous un ensemble de lingerie sexy.

Histoire de Peignoirs

Les vêtements d'intérieur sont apparus tard, car c'est un luxe que de posséder des vêtements ayant des usages spécifiques.

Au xviiie siècle en Europe, la robe de chambre est un vêtement sobre qui s'oppose au vêtement de jour plus élaboré.

Au début du xixe siècle, la robe de chambre est un vêtement essentiellement masculin, richement ornée pour contraster avec le vêtement de jour sobre et souvent noir. L'introduction du kimono à la Belle Époque, pendant la vague de japonisme, conduit également à le réinventer en robe de chambre.

Se développent alors plusieurs versions, croisées, avec des fermoirs à brandebourg et un col châle plus large comprenant parfois un matelassage. Les années 1920-1930 voient apparaître des modèles esthétiquement ostentatoires.

Adoptée également par les femmes, la robe de chambre est devenue un vêtement mixte.

La généralisation du chauffage central dans les foyers rend par la suite la robe de chambre moins populaire.

Histoire de Déshabillés

Le terme déshabillé a d'abord servi à désigner les robes de chambre pour homme avant de désigner un vêtement d'intérieur féminin constitué d'un ensemble en tissus coordonnés constitué d'une robe de chambre et d'une chemise de nuit souvent transparente. L'usage du terme s'étend parfois à ne désigner que la robe de chambre qui se différencie du peignoir ou de la robe de chambre en étant plus élégante, la rapprochant plus de la lingerie que du vêtement d'intérieur. En réaction à la crise de 1929, les actrices hollywoodiennes s'affichent à l'écran en lingerie du soir.

C'est un vêtement séduisant et l'image de la femme en déshabillé est généralement associée à l'élégance, au raffinement et au charme.