Godes & Plugs

Les godes sont des sextoys conçus pour imiter la forme d'un sexe masculin. Utilisés pour les jeux intimes, ils existent de toutes les tailles, généralement doux au toucher, ils sont plus ou moins réalistes.

Le plug anal est un jouet sexuel destiné à stimuler le plaisir anal et éventuellement à préparer une pénétration avec un objet plus important comme un gode ou un pénis en érection. C’est un excellent accessoire pour tous ceux qui veulent s’initier à la sodomie ou simplement se familiariser avec cette partie cachée et souvent méconnue de leur corps et tous les plaisirs intimes qu’elle leur réserve…

Histoire de Godes & Plugs

Des recherches archéologiques dans la grotte de Hohle Fels située en Allemagne, ont mis au jour un objet en pierre qui pourrait en plus d'être un outil et une représentation symbolique d'un phallus, avoir peut-être pu dans un usage secondaire être utilisé sexuellement. La datation au carbone du site où se trouvait cet objet, le situerait dans une fourchette allant de 27 000 à 28 000 ans av. J.-C.

L’Égypte ancienne regorge de fresques, de sculptures, d’amulettes, de phallus isolés ou associés à des objets ou à des dieux. Ainsi, dans la mythologie égyptienne, le dieu Osiris était aussi symbolisé par un phallus disproportionné. De même, comme l’évoque Jacques-Antoine Dulaure dans son ouvrage Les Divinités génératrices (1805), l’historien et explorateur Hérodote du ve siècle av. J.-C., qui a assisté à cette cérémonie, la décrit de cette manière.

Le poète Aristophane, au ve siècle av. J.-C., le met en scène dans une pièce de théâtre, Lysistrata. Cette œuvre montre des femmes qui se plaignent de l’abstinence à laquelle les obligent leurs maris qui consacrent leur temps à la guerre. On y voit aussi un culte voué au dieu Dionysos où des femmes portent en procession des phallus géants, pour améliorer leur fécondité et leur fertilité.

Le culte phallique sera conservé par les Romains à travers le dieu Priape, dieu de la fertilité, reconnaissable à son gigantesque pénis, constamment en érection. La littérature latine atteste l'usage de godemichets au iie siècle av. J.-C.

Les premiers godemichets ont été fabriqués en pierre, bois, cuir, ou céramique. Les godemichets de cuir rembourrés de coton restent encore utilisés par certaines personnes aujourd'hui. Durant le xixe siècle, ils ont parfois été utilisés en psychiatrie pour lutter contre l'hystérie.

Des godemichets de caoutchouc, habituellement renforcés intérieurement par une tige d'acier, ont été fabriqués dans les années 1940. Ce procédé était cependant un pis-aller, l'usure temporelle du caoutchouc le fragilisant permettant à la tige d'acier d'apparaître, et de provoquer des lésions et blessures plus ou moins graves.

Plus tard, des godemichets de PVC recouverts de PVC souple se sont répandus. De nos jours, de nombreux godemichets bon marché sont ainsi fabriqués.

Les godemichets d'acier chromé sont relativement peu répandus, sauf dans les cercles BDSM. Ils ne sont pas particulièrement confortables, en raison de leur rigidité et de leur conductivité thermique plus importante que celle du corps, ce qui conduit à un ressenti de température plus froide.

Depuis les années 1990, les godemichets de silicone prolifèrent en raison de leur faible coût de fabrication. Relativement chers lors de leur apparition, ils sont aujourd'hui raisonnablement bon marché.

Plus récemment, des godemichets de verre borosilicate (pyrex) sont apparus sur le marché. Ils sont plus chers et plus rigides.

Il est possible de détourner certains objets de leur utilisation première afin d'en faire des godemichets de fortune. Par exemple : légumes à la forme et à la rigidité adaptées.